David Bodino

David Bodino sait très bien que, au delà des belles paroles, le design est un vrai champ de bataille. Derrière une tranchée, les ingénieurs se sont barricadés, convaincus que chaque objet doive en premier lieu être fonctionnel, efficace, au détriment des qualités esthétiques. Dans la tranchée opposée combattent les artistes, les directeurs artistiques, les dénicheurs de tendance, un certain genre d’architectes, en somme, tous les adeptes de la grâce et de la beauté primant sur toute autre chose.

C’est un conflit douloureux mais inévitable, surtout pour ceux qui, comme David, sont nés dans un coin du monde dans lequel cette querelle entre beauté et utilité est encore plus ressentie et décisive qu’ailleurs. D’un côté, l’Italie est le Pays de la sculpture classique, de la Vénus de Botticelli, de cette tendance à la perspective révolutionnaire en temps de Renaissance, et du corps esthétique décliné dans toutes ses possibles variantes, en passant par la mode, le sport automobile et le design industriel glorieux des années 1970. En Italie, la beauté n’est pas une qualité accidentelle, un rajout ou un petit plus, elle est ce but ultime qui donne du sens et auquel on ne renonce pas, car autour d’elle tout un ensemble gravite et s’organise. David est Italien et aussi Piémontais, cela change sans doute beaucoup de choses. Le Piémont se distingue des autres régions d’Italie pour sa vive passion pour la technologie ; une passion dérivant au sens large d’un fort développement industriel qui s’est manifesté dans cette région bien avant le reste du pays. Des entreprises d’avant-garde, des laboratoires, des instituts de recherche… dans le Piémont cet engouement, presque une obsession, pour les nouvelles technologies est dans l’air que l’on respire, dès la naissance dans le lait maternel, il est presque impossible d’y échapper.

David a grandi dans cet esprit, pris en étau entre beauté et fonctionnalité, en accusant d’inévitables contradictions mais aussi en cultivant la conviction qu’un accord honorable, une harmonieuse synthèse entre ces deux aspects étaient possible. Et quel est, en fin de compte, le nom que depuis toujours nous attribuons à cette synthèse si convoitée ? C’est la créativité.

David Bodino étudie l’architecture à l’Université de Turin et se diplôme en soutenant un projet de transformation d’une carrière de calcaire en un élégant musée. En vue de l’obtention d’un PhD, quelques années après, il dédie sa thèse à la cyber architecture, c’est-à-dire à l’application des technologies « immersives » (réalité virtuelle) dans le cadre disciplinaire de l’architecture, de l’urbanisme et du design. Culture, art, esthétique, et aussi ingénierie, ergonomie, informatique... Les années suivantes, tout en alternant une activité indépendante et l’enseignement universitaire, David se consacre aux thèmes tels que la conception architecturale, le design d’intérieur, les évènements virtuels pour la mise en scène, la visualisation stéréoscopique et les musées contemporains en Europe.


Il est vrai, comme le disait Gregory Bateson, que chacun de nous travaille toute sa vie autour de quelques idées essentielles, parfois une seule. En dépit de beaucoup de prétendue simplicité, ce processus d’élaboration est toutefois souvent aventureux et finit par se démêler dans des Pays, cultures et territoires très différents. A la fin des années 1990, par exemple, David passe quelques années à Barcelone pour collaborer avec le cabinet d’Alfredo Arribas sur des projets tels que le Musée de la Musique d’Anvers (Belgique), la Cité de la Musique de Montluçon (France), la salle de concert polyfonctionnelle du pôle touristique de Castellaneta Marina (Italie) et le restaurant Sunflower de Jakarta. Notons au passage que les salles de concert sont justement les projets qui requièrent plus que tout autre cette particulière association, à savoir la qualité esthétique et les aptitudes techniques et fonctionnelles, à laquelle David aspire toujours avec une grande détermination.

Pour rester dans le cadre de la culture, David Bodino est l’auteur de l’une des toutes premières applications virtuelles real time employées dans un but de communication et de promotion publicitaire (en Italie). 

Elle s’intitule Piedmont par Excellence et est employée pour montrer les prérogatives du Piémont aux journalistes, politiciens et autres faiseurs d’opinion issus du monde entier, sans les faire sortir de chez eux. Elle a été présentée pour la première fois à Paris en 2003 et en Inde l’année suivante faisant suite à la « délégation Ciampi ».

Autre discipline à laquelle David Bodino se consacre depuis toujours avec passion et compétence est celle, bien loin d’être marginale, du design d’intérieur. Ici aussi, comme nous le savons, tout tourne autour du désir de rendre la vie des gens non seulement agréable d’un point de vue esthétique, mais également plus pratique, fonctionnelle et confortable. En un mot: meilleure. Un pari réussi avec la conception et l’aménagement de Wasabi, l’un des restaurants japonais les plus réputés de Turin, également des salles de conférence du Pricesa Yaiza Resort dans l’île canarienne de Lanzarote, ainsi que de nombreuses autres Control Tower de Cesa Logistics à Milan, Madrid et Anvers.

 

David s’occupe aussi de concevoir et réaliser personnellement de nombreux objets d’ameublement s’inscrivant dans ses propres projets, en faisant appel à ses compétences de designer industriel

Des compétences qu’il développe en dirigeant l’équipe de conception de Ferrero Legno, une entreprise de relief à échelle européenne spécialisée dans la production de portes haute gamme, et en mettant son expérience de directeur artistique au service de nombreuses autres sociétés italiennes.

David Bodino nourrit également une autre passion qui prédomine sur toutes les autres, l’architecture résidentielle de luxe.

 

La Côte d’Azur est l’une des destinations les plus convoitées de ceux qui souhaitent profiter des privilèges d’une demeure de charme, équipée de tous les services et conforts et valorisée par un climat et un environnement naturel reconnus à travers le monde. Un style de vie brillant immortalisé par des dizaines de films et romans (rappelons La Piscine avec Alain Delon et Romy Schneider). Cependant, ces dernières années, les solutions résidentielles offertes par le Piémont, notamment par les Langhe considérées comme particulièrement attrayantes pour leur cadre naturel de qualité, leurs traits culturels, œnologiques et gastronomiques raffinés, ont éveillé un nouvel intérêt. Au fil des années, David Bodino, qui est aussi Français de par sa mère, a participé à de nombreux projets architecturaux sur la Riviera ainsi que dans tout le Nord Ouest italien, en concevant des villas de rêve et en se chargeant de la restructuration et restauration d’immeubles et hôtels particuliers historiques datant de la Renaissance et des périodes Néogothique et Liberty.

Tout en parlant de style renaissant, David emploie au quotidien dans son travail et sa vie privée des qualités dont faisaient preuve, naguère, les grands maîtres de la Renaissance italienne. L’insertion harmonieuse de connaissances technologiques, artistiques et artisanales, l’alternance gaie entre des atmosphères exclusives comme celle de l’académie et le savoir faire manuel des ateliers artisanaux, la capacité à se mettre à l’écoute, la conception indissoluble des exigences de fonctionnalité et utilité, l’humanisme empli, non de belles proses, mais d’empathie et de solidarité concrète entre les personnes.

Antonio Stradivari était le fils prodige, tardif et ingénieux de la tradition renaissante italienne. Et si David Bodino l’était lui aussi ?

 

 

 

 

 

 

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris